Semis de tomates : mode d’emploi

Le semis est une solution économique pour tous ceux qui ont envie de savoir ce qu’ils mangent. Si vous en avez assez des légumes qui baignent dans des solutions bizarres, se baladent dans des chambres froides, prennent l’avion et n’ont pas connu la douce caresse d’un rayon de soleil, faire son potager soi même (même sur un balcon) constitue une excellente alternative.

Flash back : 31 décembre minuit: résolution N°2 : “cette année, c’est décidé, je me lance dans un potager”. Ca y est, vous y voilà ; place aux actes car la saison devient propice aux premiers gestes de jardinage.

 

Des plants de tomates faits maison.

S’il est un fruit qui fait sa madeleine de Proust, c’est bien la tomate. “Ah, dans mon enfance, elles étaient rouges et avaient du goût”. Alors pourquoi ne pas faire ses propres tomates ? Avec un peu de patience, vous verrez le fruit (et oui, la tomate en est) de votre travail récompensé pour la plus grande joie de vos papilles.

Au petit soin pour ses semis de tomates

Bon OK, les résolutions de début d’année c’est bien mais concrètement , comment fait-on un semis de tomate? Je vais vous aider en vous donnant les principales étapes :

  1. semez vos graines de tomates au chaud en mars (dans la maison) : remplissez de terreau une caissette ou une bouteille d’eau en plastique coupée à mi hauteur. Tassez avec le plat de la main pour que le niveau baisse d’un cm.
  2. Faites un trou d’environ 1 cm et glissez-y 2-3 graines. Recouvrez-les graines de terreau
  3. Humidifiez avec un vaporisateur. Evitez la noyade, vos graines ne vous le pardonneraient pas.
  4. Placez votre caissette ou vos bouteilles près d’une fenêtre exposée au sud. Si votre appart manque de soleil, glissez-les sous une lampe style néon pour faire des économies d’énergie ou faites vos semis dans des mini serres en plastique.
  5. Dans ces conditions, les premiers plants apparaissent au bout de 10 jours !!! Et là vous êtes super fiers.
  6. Fin avril, repiquez les plants un par un dans des pots individuels. Puis mettez les plus beaux directement en place, dans un terre réchauffée (par les rayons du soleil et des températures plus clémentes); en tout état de cause, pas  de mise en terre si les gelées menacent à moins de pouvoir les protéger du gel (sous serre ou tunnel). Sans cela, ce serait signer l’arrêt de mort de vos plants pouponnés avec tant d’amour.
  7. En mai, creusez des trous de la profondeur de la motte et espacez tous les 50 cm environ. Et surtout, plantez un tuteur pour éviter que les tiges ne plient sous le poids des tomates. En pot, un plant de tomate suffira.
  8. Il ne reste plus qu’à attendre, apporter de l’eau et veiller à ce que vos plants aient un maximum de soleil. A moins que vous ne les flattiez régulièrement!  Avec un peu de chance, elles rougiront toutes seules !

Conseil du mois : les tomates, c’est comme les animaux : ne les abandonnez pas en plein été, accrochées à leur tuteur ! Choisissez des variétés qui vous donneront leurs fruits quand vous serez là.. Ce serait dommage de les laisser pourrir ou se déshydrater sur leur pied. De surcroît avec tout le mal que vous vous êtes donnés

 

 Les délices d’été

Si avec tout cela, vous ne dégustez pas de délicieuses tomates cet été, il ne vous reste plus qu’à en acheter sur l’étal de votre marché préféré, mais pendant la saison : soit de juillet pour les plus précoces à fin octobre pour les plus tardives. En dehors de cette période, les tomates achetées auront connu un traitement sous serre et n’auront pas forcément pris le soleil.

 

A table !

 

Pour la mozarella qui les accompagnera, je n’ai pas la recette. Mais si des feuilles de basilic ciselés vous tentent, alors pourquoi ne pas en semer un peu dans votre potager ou dans une jardinière ?

photo credit: MarionIon via photopin cc

Laissez un commentaire

  • * Champs obligatoires


  • 1 + = 7